AccueilFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "En mode guimauve " - après Mockingjay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MissxPatty
Candidat du District
avatar

Féminin
Messages : 126
Date d'inscription : 02/01/2013
Age : 21
Localisation : Avec Peeta, Kat, Effie, Haymitch, des chatons et de l'amour

MessageSujet: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Mer 22 Oct - 18:56

Coucou tout le monde !! Smile

ça fait bien longtemps que je me suis pas baladée sur le forum ( d'ailleurs je crois que personne me connait ici Surprised ) mais voilà dernièrement je me suis remise à lire le tome 1 ( la première année de médecine c'est un peu comme les Hunger Games mais dans un amphi !!!) .
Et j'ai retrouvé une fanfiction que j'avais écrite au tout début de ma fanittude Wink
J'ai bien ri en la relisant xD Parce que je n'avais lu que le tome 1 :') Et mon âme innocente ne savait pas encore que notre amie Suzanne Collins allait tuer la moitié des persos Very Happy
Alors je me suis dit pourquoi ne pas la partager avec vous ? Wink

Je n'ai rien changé du texte ^^ Voilà bonne lecture

( et je l'ai appelé en mode guimauve parce que je trouvais ( et je trouve toujours) ça cucu la praline et sans trop d'intérêt pour l'histoire personnellement mais les histoires Everlark après Mockingjay me mettent toujours en émoi :3 )



Imaginer une suite de la saga après avoir seulement lu le premier tome et connaitre quelques spoilers … je gère !!!

Chapitre 1

Il était tard quand je suis rentrée ce soir-là. Je n’entendais même plus le son des télévisions des maisons voisines et la plupart des volets étaient fermés. Mais je l’aimais comme ça mon district même si depuis leur abolition, je devrais dire « ma région », et c’est pour ça que, malgré mes responsabilités à l’Acropole que j’ai rebaptisé sous l’accord des ministres « le Siège », je ne pourrais pas ne pas vivre ici. Mes racines y sont, ma mère, la tombe de ma défunte petite sœur, mes souvenirs, ma forêt, mes amis, mes habitudes…. Mon âme sœur.

Beaucoup de femmes rentrent le soir et découvrent leurs maris déjà affaler sur le canapé, un verre d’alcool à la main pendant que les gamins jouent sans surveillance dans la cuisine, quel que soit leur âge, les hommes sont tous les mêmes, même si comme nous ils n’ont que vingt ans. Tous les mêmes sauf Peeta. J’ai beau ne pas trop aimer qu’on s’occupe de moi, ses petites attentions me touchent profondément.

Il m’accueille avec un grand sourire, m’embrasse sur la joue, me demande comment s’est passé ma journée au ministère et me tends un grand plateau couvert de petits pains, douze au total. Peeta ne veut pas travailler avec moi dans le centre politique de Panem, pas encore. Il est devenu instituteur, les parents et leurs gosses se pressent à la porte, il est quand même le deuxième homme de Panem (puisqu’il est mon époux et tiens une place politique après Finnick), se hâtant de lui poser toutes sortes de questions qui remuent le couteau dans la plaie sur notre expérience des jeux … et des remerciements pour avoir mis fin à la tyrannie aussi.

Nous répondons chaque fois avec le sourire mais nous n’aimons pas en parler, ce n’est pas tabou, c’est juste que nous sommes passés à autre chose, notre passé nous encombre, nous avons tant de choses à penser pour l’avenir et il y a tant de choses que je regrette… la première est surement celle d’avoir fait souffrir Peeta, auparavant.
Nous nous installons confortablement l’un contre l’autre devant la télé, ils passent un de ces nouveaux films que le ministère a autorisé-que j’ai autorisé- dernièrement, ça manque un peu de créativité et les acteurs ont des expressions étranges mais c’est pas mal du tout pour le premier film « libre » depuis un siècle. Puis nous nous mettons au lit. J’enfile mon haut de nuit rouge à carreaux et me glisse sous les draps. Mais je sens que quelque chose ne va pas. Peet’ a l’air tendu.

J’éteins la lumière de mon côté et fais semblant de dormir. Je l’entends enlever son t shirt et s’allonger sur le lit. J’espère qu’il croit à mon stratagème mais … je ne sais pas mentir.

_Mon amour ? demanda-t-il en se blottissant contre mon sein, dans le grand lit à baldaquin qui nous a valu des années de révolte.
_ Oui Peeta ? Répliquais je, car j’avais sentie dans sa voix qu’il allait aborder quelque chose qui ne me plairait pas du tout, je le connaissais mieux que quiconque maintenant.

Il prend un air doucereux, ça me fait mal. J’ai à la fois envie de le repousser et de le serrer fort contre moi, je sais exactement de quoi il va parler et je sais aussi que je vais le blesser une fois de plus, parce que je redoute cette discussion, j’ai peur de lui faire mal comme à chaque fois et après je vais avoir l’impression de lui valoir une dette …encore….

_Je sais ce que tu vas dire trésor, je sais que tu me l’as dit des centaines de fois, qu’on s’est disputés, qu’on a même failli faire chambre à part pour ça, que tu t’enfuies dans la foret à chaque fois pour éviter le sujet mais….

Je lui coupe la parole.

_Ton frère. Lui dis-je.
Il lève la tête intrigué.
_De qui Borek ? Moka ?
_Le plus jeune, je soupire.
_oui ? Ne change pas de su… commence-t-il implorant.
_Borek, je le coupe, une pointe d’émotion dans la voix, il a une petite fille, elle est magnifique.

Il y a un long silence qui nous mets tous les deux très mal à l’aise, mais je continue, je veux crever cet abcès.

_Dimanche matin, pendant que tu as emmené les enfants en expédition dans la foret, elle est venue me voir. Elle m’a appelé « tante Katniss ». J’étais à la fois flattée et terriblement inquiète. Aujourd’hui je comprends pourquoi. Je l’ai prise dans mes bras, je lui ai chanté des chansons, raconter des histoires, puis vers cinq heures, la femme de ton frère est revenue la chercher, elle a préféré me laisser seule avec elle toute la journée pour que je profite de ma nièce comme je travaille beaucoup toute la semaine en ce moment... Dans ses bras il y avait un tout petit bébé tout blond, il m’a fait penser à toi en fait, même si ce n’est qu’un nourrisson.

A cet aveu Peeta se redresse, il ne s’attendait pas à ce que je lui parle moi-même d’avoir des enfants… mais il ne dit toujours rien il attend que je continue il sait qu’il y a une suite. Ma gorge se noue, j’ai du mal à parler, ma bouche est sèche, ce qui me rappelle de mauvais souvenirs. J’ai un mal de chien à parler de mes sentiments, je me sens faible, et je n’aime pas ça, surtout devant Peeta.

_J’ai ressenti quelque chose que je n’ai jamais ressenti auparavant. Quelque chose qui m’a envahi la poitrine. Quelque chose de vital comme l’air. J’ai réalisé après, une fois que ta belle-sœur est repartie avec Violet, que la femme que j’avais eue en face de moi était … mon idéal. Elle avait un sourire béat aux lèvres, une femme rayonnante et épanouie malgré la crasse et la fatigue et je me suis rendue compte que j’étais terriblement jalouse d’elle et j’ai ressenti comme un horrible manque.

Peeta n’en revient pas, il prend ma joue et tente de m’attirer vers lui mais je le repousse violemment, j’ai l’impression d’avouer un meurtre. Des larmes commencent à couler le long de mes joues, je me sens faible, surtout là maintenant, avec Peeta, je lui ai déjà fait tant de mal, je ne veux pas qu’il s’apitoie sur moi et se mette à pleurnicher, il sait que je déteste ça.

-Tu ne comprends pas ! Dis-je en le prenant par les épaules pour l’éloigner de moi. Je ne veux pas d’enfants, je ne serais jamais une bonne mère, c’est un principe je l’ai toujours dit ça ne changera pas ! Mais là je …, je ravale un sanglot, puis relève la tête et ose l’affronter du regard, c’est comme si toutes mes résistances avaient disparues, c’est un besoin ! Je suis une grosse égoïste car je veux un bébé pour moi, je veux qu’il te ressemble, je veux lui apprendre à être fort, la chasse, le serrer dans mes bras je veux t’offrir quelque chose pour tout ce que tu as fait pour moi, mais le simple fait d’y penser me donne la nausée car …

_Bah tu es peut être déjà enceinte … dit-il avec un sourire.
D’habitude je n’aurais pas supporté qu’il me coupe la parole pour dire des bêtises comme ça pendant une confidence, mais il me remonte le moral, c’est impressionnant.

Je chuchote tellement bas que je me demande même si il arrive à m’entendre :
_ « je dois lutter, je ne veux faire souffrir personne d’autre surtout pas le fruit de mes entrailles »

Lentement, en posant sa main sur mon cou tendrement il reprend.

_Mon ange, n’avons-nous pas assez lutté ? Tu n’as fait souffrir personne, où alors c’était nécessaire, il n’y a pas de fumée sans feu regarde ce que tu as accompli ! Tu rends les gens heureux, tu as sauvé, avec moi bien sûr, dit-il avec un petit clin d’œil, des centaines de milliers de personnes, fais de Panem un endroit prospère. Tu n’as pas à te reprocher quoi que ce soit. Avoir des enfants, c’est naturel, c’est merveilleux, c’est une destinée, une aventure, il n’y a aucun égoïsme là-dedans c’est la vie, c’est comme ça. Et entre nous, je pense que tu serais une merveilleuse mère, sinon je ne t’aurais pas aimé dès que je t’ai vu. Tu me rendrais terriblement heureux si tu acceptais que je sois un jour le père de tes enfants, mais nous avons encore le temps mon ange, même si j’avoue que j’ai hâte ! Enlève toi ces barrières, tu n’es plus la Katniss que j’ai connu il y a quelques années. Tu es plus forte, plus responsable et j’aime ça. Ce besoin dont tu parles… je ressens exactement la même chose que toi à l’instant présent.

La couverture que je tordais machinalement retomba sur mes genoux que j’avais ramenés contre ma poitrine. C’est pour ça que j’avais choisi Peeta, bien qu’il soit quelque fois agaçant avec ses propos guimauves et son optimisme à toutes épreuves, il était le Ying de mon yang, des fois j’avais l’impression d’être le mari et lui l’épouse, mais c’est ce qu’il me fallait, pas un copain ou un compagnon… une âme sœur, qui me complétait.

Un élan incontrôlable me poussa vers lui, je l’aime plus que tout à cet instant.
Dans un mouvement lent je me place à cheval sur lui me penche et l’embrasse langoureusement, il est allongé, et pose ses grandes mains douces sur mon dos et les baladent tendrement sous l’étoffe de mon haut tout le long de ma colonne vertébrale qui frémit, sous l’effet de ses paumes chaudes et ma peau rendue fraiche par la nuit, je vais pour enlever complètement ma nuisette, il se relève sans interrompre notre baiser, puis tout d’un coup il se stoppe, arrêtant ses massages et emprisonnant mes poignets entre ses doigts.

_Tu sais je crois qu’avant qu’on commence à travailler notre projet, il faudrait qu’on continue à en parler, nous sommes encore jeune après tout. Susurre-t-il sensuellement à mon oreille.

Sa voix est slave, son haleine à des effluves de menthe, il est irrésistiblement irrésistible.

_Qui t’a dit que je voulais travailler ce soir ?
Il glousse et je l’accompagne.

Il me fait rouler, embrasse mon cou et me chuchote à l’oreille « je t’aime » je lui réponds la même chose. Le temps semble s’arrêter, nous tombons tous les deux dans notre paradis d’amour.
Revenir en haut Aller en bas
lol35
Cueille une rose blanche pour Snow
avatar

Féminin
Messages : 5550
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 21
Localisation : District 12

MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Mer 22 Oct - 20:54

J'aime !!  duh:
Revenir en haut Aller en bas
http://jennifer-lawrence.forumactif.org/
MissxPatty
Candidat du District
avatar

Féminin
Messages : 126
Date d'inscription : 02/01/2013
Age : 21
Localisation : Avec Peeta, Kat, Effie, Haymitch, des chatons et de l'amour

MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Jeu 23 Oct - 23:18

Muhaha merci ^^ je vais peut être écrire la suite finalement 0_0 ça m'a trop donner envie mais en même temps j'ai pas le teeeeemps aaaaaarg
Revenir en haut Aller en bas
lol35
Cueille une rose blanche pour Snow
avatar

Féminin
Messages : 5550
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 21
Localisation : District 12

MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Ven 24 Oct - 13:36

Ah oui ça serait super une suite !! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://jennifer-lawrence.forumactif.org/
MissxPatty
Candidat du District
avatar

Féminin
Messages : 126
Date d'inscription : 02/01/2013
Age : 21
Localisation : Avec Peeta, Kat, Effie, Haymitch, des chatons et de l'amour

MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Dim 26 Oct - 11:48

Voilà Very Happy Finalement j'ai écrit la suite ! Je suis vraiment désolée, il y a beaucoup de blablas ( moi j'aime en écrire mais pas en lire donc perso xD ) , peut être pas mal de fautes d'orthographe , et pas mal de guimauve ( pour dire, j'avais le générique de la petite maison dans la prairie vers la fin ) ... mais je promets que si je trouve le temps pour la continuer je rajoute un peu d'action ...j'envisage de ramener un certain jeune homme dans l'histoire ... En tout cas Haymitch arrive vers la fin de ce deuxième chapitre Wink ( si on peut appeler ça comme ça ^^) Bonne lecture Wink

Je me réveille dans des effluves de chocolat chaud et de petits pains beurrés.
Je me retourne, et comme je m'en doutais, mon bras nu ne rencontre que le matelas.
Peeta n'est déjà plus là.

Il se lève tous les matins très tôt pour préparer du pain puis il part à son travail.
C'est un rituel,  puisqu'il refuse catégoriquement d'aller chercher quoi que ce soit chez le nouveau boulanger du distrc... euh de notre ville.
La moitié de sa famille a été tuée pendant la révolution et il ne supporte pas de manger le pain de quelqu'un d'autre, ce serait comme trahir le talent de boulanger de son père.

Tout cela est devenu rassurant pour lui. Faire du pain, des pâtisseries, tout cela lui paraissait pourtant banal auparavant. Comme pour moi le troc à la Plaque ou la chasse avec … ou la chasse.

Bien qu'une nouvelle vie commence pour nous, les jeux restent à jamais gravés dans nos chairs, ainsi, les petits gestes du quotidien que nous pratiquions avant sans réfléchir, étaient devenus des éléments capitaux auxquels nous nous accrochions, pour nous éviter de sombrer.

Une sorte de retour aux sources, de médicaments anti dépresseurs. Comme si les jeux, la révolution, la mort, la violence n'avaient jamais existé. Comme si la partie de nous qu'avaient emportés les jeux n'étaient pas celle ci.

Les jeux nous ont détruits. Nous en sommes conscients. Mais nous vivons comme si nous ne le savions pas. Et c'est la meilleure manière pour nous de vivre.

Je regarde le mur de notre chambre sur lequel nous avons accroché de nombreux cadres photos. Il y figure Haymicth et moi au bord d'un ruisseau de montagne, les frères de Peeta, ma petite sœur Prim, ma mère en train de cuisiner, Johanna allongé dans l'herbe, Annie tenant fièrement son fils dans les bras… moi et Peeta. Mon regard se perds un instant sur le cliché en question.

J'aurais pu choisir un autre compagnon que Peeta. J'aurais pu rentrer a district, vivre quelques temps une belle histoire d'amour avec lui, et trouver quelqu'un d'autre. Mais cela n'aurait pas été possible. Même matériellement parlant.

Ça aurait pu être quelqu'un d'autre, quelqu'un qui n'a pas eu à subir tout ce que moi et Peeta avons vécu.  Bien tout le monde ai été touché de loin ou de près  par une révolution engagée par quelques baies, il y a six ans de cela.

Mais cet autre compagnon n'aurait pas pu comprendre. Il n'aurait pas su comment gérer les crises de panique, les hurlements cauchemardesques en plein cœur de la nuit, les silences insoutenables et regards vides lors des repas, les crispations de mon visage devant une primevère ou une rue.
Une autre personne n'aurait pas tenu une semaine.

Nous nous soutenons aussi bien physiquement que psychologiquement. Nous connaissons chacun les blessures de l'autre et savons comment affronter nos fantômes à chaque moment de la journée, lorsque notre passé nous rattrape.
Inlassablement. Jusqu'à ce que nous devenions poussière, jusqu'à la fin de notre vie. Nous vivrons dans le souvenir d'une peur tellement présent qu'elle restera une part de nous.

Ça fait bizarre de dire « nous » aujourd'hui. Il y a quelques années, jamais je n'aurais pu imaginer que nous retombions si bien sur nos pattes Peeta et moi.

Je décide de quitter mes draps chauds et mes pieds rencontrent le parquet glacé de la chambrette, provoquant un frisson me parcourant l'échine et je cours jusqu'à la chaise de la chambrette attraper un gros pull en laine que je place sur mes épaules.
Je descends ensuite pas les escaliers de bois, construits par Peeta et Haymitch comme tout le reste de la maison.

Lorsqu'il a fallu reconstruire le district, la seule chose que nous avons détruite était le village des Vainqueurs, dont nous n'avons gardé que la statue qui ornait l'entrée et quelques objets typiques du Capitole afin d'enrichir le « Musée des Hunger Games » , situé à l'ancien emplacement du District 6.

Lorsque nous avons décidés d’emménager ensemble, il était hors de question que ce soit sur les terres de nos anciennes maisons. Nous avons donc construits notre habitation sur l'ancienne limite entre le 6 et le 12, afin de prendre une sorte de nouveau départ.

Je ne peux que me rappeler de la fierté dans les yeux de Peeta lorsqu’il aidait les ouvriers à construire  ce qu'il appelle « notre chez nous ».

'On ne pourra jamais nous l'enlever ça ! Je te promets ! Il y aura une grande salle pour toi où tu pourras mettre tes bidules pour la chasse ! Et une grande salle avec une baie vitrée où je pourrais peindre en regardant les arbres au dehors ! Et une grande cuisine avec un four à pain ! Et plusieurs chambres pour les amis … ou nos enfants même !'

Même si son excitation et sa joie débordantes me prenaient un peu au dépourvu quelque fois, j'étais ravie d'avoir un avenir à écrire. C'est ce qu'il nous manquait, et ce depuis bien longtemps. Un avenir libre. Par influencé par le Capitole.

Je descends les escaliers qui débouchent directement sur la cuisine. Les lumières sont allumées. Je n'ai aucune idée de l'heure qu'il est . Peeta est peut être encore ici. Pourtant, ses bottes ne sont plus dans l'entrée. Une angoisse soudaine me prends. Et si quelqu'un avait pénétré dans la maison ? Quand on a vécu deux ans dans la peur ( et même beaucoup plus ) on finit par devenir complètement parano.

Pas très rassurée, j'avance en demandant :

« Peeta ? »

Bien entendu, aucune réponse ne se fait entendre, je pénètre dans le salon, ouvert sur une grande baie vitrée où l'on peut voir la foret.

« Y a quelqu'un ? »

Je prends même le soin de me munir du couteau à pain sur la table à manger.

« Bonjour Trésor bien dormi ? » Scande une voix derrière moi.
Je sursaute, me retourne brusquement , le couteau pointé en direction de l'agresseur.

Une touffe de cheveux blonds grisonnants, des rides creusés par l'âge, une barbe de quatre jours, une bouche étirée et gercée.

_Bonjour Haymitch  … dis je en reprenant mes esprits et en baissant l'arme. C'est Peeta qui t'a dit de rentrer ?

_Baaaah … écoute, la porte était ouverte et je n'avais rien à faire ce matin.

Il portait un pull coll roulé vert foncé, de grosses charentaises rouges, et en témoignent les maniques rose fluo d'Effie, il devait sûrement emprunter notre cuisine pour une raison obscure.

_Bon sang , tu n'as rien d'autre à faire ?  lui dis je, irritée de ne pas pouvoir profiter de ma tranquillité matinale.

Il se retourne tout guilleret vers le plan de travail de la cuisine en claironnant « je t'ai préparé le petit déjeuuuuner !!! »

Vivre avec Effie le rends complètement cinglée. Ou juste amoureux. Ou les deux puisque je suppose qu'en temps normal être amoureux ça rends les gens cinglés. Moi aussi finalement, mais pas dans le même sens.

Malgré tout je remercie Effie d'avoir sorti notre mentor de sa dépression. Même si il y a encore des soirs où il boit. Où il hurle. Où des visions cauchemardesques viennent embuer sa vue envinée.
Mais elle lui a redonner un tel goût à la vie.

Ils n'habitent qu'à quelques mètres de chez nous. Si bien que nous sommes souvent invités. Et inversement.

Tandis qu'il peaufine mon plateau de petit déjeuner j'aperçois une bouteille de vin posée sur la table, je me précipite à pas de louve vers l'alcool et m'empresse de le caché sous le canapé.

Il essaye d'arrêter , autant lui faciliter la tâche.

Juste à temps il m'apporte mon repas, tandis je feigne de m'allonger sur le divan.

_ « Merci. » Je bougonne.

J'ai dit que j'étais gentille pas aimable. Il s'assoit à côté de moi tandis que je m’empare d'une brioche aux myrtilles. A côté de moi, Haymitch pose sa tête sur le haut du canapé et ferme les yeux.
Ce genre de silence ne me dérange pas, il est bénéfique et a combien sain.

Après avoir fini mon plateau je lui demande :

_ Comment vont les enfants ?
_Très bien, me dit-il en souriant.

La vie d'Haymicth avait pris un tournant hors du commun à la fin de la révolution. Un an après, Peeta et moi étions encore sous le choc de recevoir un faire part de mariage. La cérémonie avait été à la fois grandiose et très intime. Une trentaine de personnes tout au plus. Réunies dans une grande salle aux couleurs douces orangées, argentées, blanches. Ce fut une drôle de paranthèse, à nous qui commencions à nous réhabituer à vivre normalement, un signe d'espoir aussi.

Effie portait une magnifique robe écrue qui ne laissait absolument pas présagé que …

La porte s'ouvre violemment .

_Papaaaaa ! Papaaaaa !
Revenir en haut Aller en bas
Misspeeta
Fait exploser les provisions
avatar

Féminin
Messages : 422
Date d'inscription : 03/12/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Ven 28 Nov - 22:15

Oh j'aime beau coup ta fic! Moi la guimauve ça me dérange pas du tout concernant Peeta et katniss love:
Revenir en haut Aller en bas
MissxPatty
Candidat du District
avatar

Féminin
Messages : 126
Date d'inscription : 02/01/2013
Age : 21
Localisation : Avec Peeta, Kat, Effie, Haymitch, des chatons et de l'amour

MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Sam 29 Nov - 20:15

Awwww :3 merci je vais essayer de la continuer Very Happy mais comme j'écris au feelig, j'écris quand me viens une idée Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Misspeeta
Fait exploser les provisions
avatar

Féminin
Messages : 422
Date d'inscription : 03/12/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Dim 30 Nov - 23:28

En tout cas j'ai hâte de lire la suite duh:
Revenir en haut Aller en bas
lol35
Cueille une rose blanche pour Snow
avatar

Féminin
Messages : 5550
Date d'inscription : 03/01/2014
Age : 21
Localisation : District 12

MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   Dim 4 Jan - 20:43

J'avais pas vue que t'avait postée la suite x)

J'adore Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://jennifer-lawrence.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "En mode guimauve " - après Mockingjay   

Revenir en haut Aller en bas
 
"En mode guimauve " - après Mockingjay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "En mode guimauve " - après Mockingjay
» DeviantPlus : Mode d'emploi. [FAQ]
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» [Collection] Fama (La Mode Nationale SEPIA)
» Astuces pour mode normal !!!!! Enfin !!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games :: • Hunger Game's TV : Le coin médias • :: Fanfictions-
Sauter vers: