AccueilFAQGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Fiction] Son nom: Peeta Mellark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mélissandre
Tribut
avatar

Féminin
Messages : 176
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 30
Localisation : District 12

MessageSujet: [Fiction] Son nom: Peeta Mellark   Mer 25 Avr - 17:44

Voici une fic que j'ai découvert il n'y a pas longtemps sur internet: l'auteur est une fan de Hunger Games et elle a décidé de reprendre l'histoire de Susans Collins... d'une façon assez originale mais très bien trouvé!!! Surtout pour les fans (comme moi!) de notre cher Peeta...

Il est bien noté que cette histoire ne m'appartient pas, je souhaite simplement vous la faire partager et je remercie l'auteur pour cette histoire qui nous fait replonger dans l'univers des hunger games...

BONNE LECTURE!

Note de l'auteur: " Mon perso préféré est Peeta, et dans cette fic, je voudrais non pas raconter son histoire de son point de vue sur les Hunger games, mais sa relation avec Haymitch. On sait dans le bouquin Qu' Haymitch et Katniss sont similaires, qu'Haymitch préfère peut etre plus Katniss que Peeta. De ce fait, je voudrais explorer comment Haymitch perçoit Peeta tout au long des 3 livres.
Mise à part le prologue, qui sera exceptionnellement du point de vue de Peeta, tout le reste sera raconté du point de vue d'Haymitch. Mais avant , je voulais que vous soyez dans la tête de Peeta. Ainsi vous aurez des élements qu'Haymitch ne peut pas savoir.
^^"


PROLOGUE


« Vos proches vont venir vous voir, vous aurez une heure » C'est ce que vient de dire un fonctionnaire du Capitol. Je suis encore sous le choc de ce qui vient de se passer à la moisson. Katniss s'est portée volontaire pour sa sœur et moi, mon nom a été tiré au sort.

La porte s'ouvre, mes deux frères entrent suivis de mon père et ma mère. Mon cœur se serre. C'est la dernière fois que je serais avec ma famille et je ne sais pas quoi attendre de ses adieux. Je suis nerveux.

Ils semblent eux-mêmes ne pas trop savoir quoi dire. Il y a un silence inconfortable entre nous. Je me dis que je vais devoir briser la glace, et je suis un peu contrarié que ce soit moi qui, dans une telle situation, vait devoir faire le premier pas des aux revoirs.

« Bon, bah voila… » C'est tout ce que je trouve à dire, d'habitude, je suis doué avec les mots mais là, vu les circonstances, je ne trouve rien de mieux.

Mon frère ainé, Alec, le seul qui était encore éligible à la moisson cette année avec moi, me regarde embarrassé. Il me prend dans ses bras et mon autre frère suit le mouvement. L'embrassade ne dure pas longtemps.

« Je comprends » dis je à Alec. Tout le monde n'a pas dans sa famille, une Katniss pour se porter volontaire pour vous. Biensur, si cela avait été l'inverse… Si Alec avait été tiré au sort, je me serais porté volontaire pour lui. Par véritable choix de ma part ? Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c'est que ma mère m'aurait fait regretter chaque jour de ne pas m'être porté volontaire pour mon frère. De la famille, je suis la bouche à nourir de trop. Je suis l'enfant qui est arrivé par accident. Celui qui n'a jamais été désiré-Je ne dois ma présence en ce monde qu'au cout exorbitant d'un avortement, impossible à financer, même pour ma famille.

Mon père vient vers moi à son tour. Il me sourit faiblement. Il m'entoure de ses bras et me dit « Désolé, fils » Puis il me regarde avec son air habituel d'homme impuissant.

Désolé, c'est tout ce qu'il trouve à dire, comme toutes les fois après que ma mère se soit défoulée sur moi. Et qu'il n'ai jamais rien fait pour l'en empécher. « Désolé fils ». Je hais ses mots. « Fais de ton mieux » continue t'il et puis, il regarde sa montre. « Je dois y aller. » lance t'il nerveusement. Je ne m'attendais pas à ça. Ma mère lui adresse un regard noir mais il n'y prête pas attention. Un étrange sentiment de reconnaissance envers ma mère m'envahit. Mon père referme la porte derrière lui.

Il ne reste plus que les adieux de ma mère maintenant. Mon cœur bat à tout rompre car j'espère l'impossible : un geste d'amour. Elle me scrute de la tête au pied et j'ai beau avoir 16 ans, elle m'intimide et me terrorise toujours autant. J'ai appris à ne plus le montrer avec les années mais à l'intérieur je suis toujours le petit garçon terrifié. Celui dont elle a voulu avorter, celui qui creuse le budget familial avec sa part en plus, celui qu'il qui l'a mise dans une rage folle lorsque je me suis mis à fredonner la chanson de la Vallée. J'avais 5 ans, Katniss m'avait ravi le cœur avec cette chanson.

Je n'arretais pas de la fredonner les jours suivants. Ma mère m'avait averti que cela ne lui plaisait pas et je ne comprenais pas pourquoi. Je n'ai malgré tout pas arreter. Je n'avais que cinq ans. L'acces de rage dont elle a été prise restera à jamais graver dans ma mémoire. La brutalité avec laquelle elle m'empoigna, me trainant dans la cuisine de la boulangerie jusqu'à ce qu'on soit face au four a pain, en ouvrit la porte et me jeta dedans. J'etais si petit et si frèle à l'epoque.

Je me souviens de l'odeur de brulé, des cendres. De la terreur ressentie quand elle a allumé le gaz. Je savais que j'allais mourir. Puis je ne me souviens de rien, je me suis reveillé, allongé dans mon lit. J'ai vu mon père donner beaucoup d'argent à un fonctionnaire de police. Ils ont meme essayés de me faire croire que j'avais fait un horrible cauchemard. Honnetement je l'ai cru. Pendant longtemps, tout cela n'avait pas existé. Ce n'était pas la réalité, juste une hallucination.

Puis, à mes 10 ans, mon père m'informa que j'étais assez grand pour glisser moi-même les pains dans le four. Il ouvrit la porte, j'avais la planche à pain dans les mains et lorsque j'ai vu l'interieur du four, tout m'est revenu. J'ai fait une crise d'angoisse. Malgré tout, personne n'ai venu m'expliquer. J'ai du apprendre à surmonter ma peur, pour m'éviter d'autres problemes.

Je ne pouvais pas être incappable d'aider mes parents à la boulangerie. J'etais déjà un fardeau pour eux depuis la naissance et puis, quelqu'un m'avait sorti de ce four. J'étais en vie et je me suis toujours efforcé de donner le meilleur de moi-même, pour qu'ils ne regrettent pas leur geste. Pour essayer d'être aimer. Surtout par mère. Mais ca n'était jamais assez bien pour elle.

Ce que j'ai pu envier Katniss toutes ses années pour avoir une famille aimante. Katniss était une petite fille si joyeuse et ses parents s'aimaient tellement. Cette famille me faisait tellement rêver.

Pourtant, un jour, je n'ai plus eu le courage de me battre. J'avais encore fait une erreur impardonnable selon les critères de ma mère et j'étais à bout. Je coupais les tranches des pains rassis avec le gros couteau à pain. Et puis je ne sais pas ce qui m'a prit. Après tout, je n'aurais pas du voir la vie. J'étais un accident, un bon à rien qui fait tout de travers. Sans réfléchir, d'un coup sec, j'ai enfoncé le couteau dans mon estomac. Malgré tout, encore une fois, j'ai survécu et pour la troisiéme fois consécutive dans ma petite vie, la mort, n'a pas voulu de moi. Même elle ne m'aimait pas, même la mort de voulait pas de moi.

Cependant, elle n'avait pas hésité à faucher le père de Katniss. La petite fille joyeuse qui me donnait du baume au cœur chaque fois que je la voyais avait, elle aussi disparue dans la dureté de la vie.

Je me suis senti si misérable d'avoir voulu mourir alors que d'autre voulait tellement vivre. Comme le père de Katniss. Enfin,est arrivé le jour ou je lui ai lancé le pain que j'avais brulé, sachant que j'allais en payer le prix le fort. Mais je n'aurais pas pu ne pas l'aider. Elle avait toujours été le petit soleil de ma vie. A vrai dire, même si cela avait été un autre enfant, j'aurais pris les memes risques. Car rien n'était juste la dedans. J'avais de quoi manger tous les jours, mais moi j'avais voulu mourir.

Elle voulait vivre mais n'avait rien dans son assiette. J'ai jeté les pains brulés en espérant un miracle. Pour elle, sans doute aussi pour moi, pour tous ceux qui souffraient dans l'indifférence général.

Et le miracle se produisit. Elle s'est mise à chasser. Elle est devenue responsable de sa famille. Elle s'est battue pour survivre avec le peu qu'elle avait. Certes, elle ne serait plus jamais la petite fille inscouciente d'autrefois mais je l'admirais encore plus. Elle prenait soin de sa famille, elle se battait chaque jour.

Elle n'avait que 12 ans . Ce jour là, j'ai pris conscience, que moi aussi je devais me battre. Après tout, j'avais de quoi manger tous les jours, un lit confortable, une grande maison, et j'aimais faire les décorations de gateaux. Je n'avais pas le droit de renoncer quand d'autres moins favorisés , eux , faisait tout pour rester en vie.

« Eh bien » les mots de ma mère me ramènent à la réalité. « Cette année le district 12 pourrait bien avoir un vainqueur » . Je n'en crois pas mes oreilles. Mon cœur se met battre à tout rompre. Un espoir fou me gagne concernant l'attitude de ma mère. Je commence à faire un pas vers elle quand soudain, elle me regarde droit dans les yeux « C'est une survivante celle la ».

Mon sang se glace. Quel idiot je fais. Biensur. Comment ai-je pu y croire une seule seconde, c'est à croire que je n'ai rien appris de toutes ces années. La réalisation et la douleur me transperce le cœur. Les larmes montent .

« Bien, allons y , les gens vont vouloir faire la fête ce soir, nous avons un commerce à faire tourner. »

Le choc est tel que je ne les ai pas vu partir.

Je n'ai eu aucune autre visite. Mes amis ne sont mêmes pas venus me voir. Mais je ne suis pas surpris. Ils savaient tous que ma mère me battait et quand cela arrivait, ils n'osaient pas m'approcher les jours suivant. C'est moi qui devait aller les voir pour les rassurer , pour leur dire que tout aller bien et détendre l'atmosphère.

Hors, là, même avec toute la bonne volonté du monde, je n'aurais pas pu. Ils le savent. Alors ils ne sont pas venus. Je ne leur en veux pas. Le jour de la moisson est un jour terrible pour tout le monde. Cela doit être dur pour eux de me savoir ici.

Je reste seul dans cette piece et les paroles de ma mère raisonnent. Je me met à pleurer à chaudes larmes. « c'est une survivante celle là » . Elle n'a pas tord, elle a tout fait pour survivre dans sa vie et moi, tout ce que j'ai fait c'est une tentative de suicide. Une tentative de suicide dont les frais d'hospitalisation ont coutés chers. Toute la famille a du se serrer la ceinture une année après cela. Tout cela pour quoi ? Pour finir aux hunger games.

Nous sommes dans la voiture qui nous emmène à la gare et je pleure à chaudes larmes . Les commentaires d'Effie Trinket , completement absurdes ne font qu'augmenter mon chagrin et ma contrariété. Dire qu'en plus de tout ca, je vais peut etre perir par les mains de la fille que j'aime. J'espère qu'un autre me tuera avant. J'espère qu'au moins le destin m'apergnera cette cruauté.

Je suis dans ma luxueuse cabine . Je m'allonge sur le lit. Enfin un peu de repos après tout ce tumulte.

Je soupire, en repensant aux mots de ma mère. C'est vrai que Katniss est une survivante et qu'elle a de bonnes chances de pouvoir gagner ces hungers games. Elle a cette force en elle. Elle peut le faire. Seulement, les carrieres gagnent chaque années ou presque. Ca ne sera pas aussi simple. Et puis je repense aux pains que je lui ai jetés lorsque nous avions 12 ans.

L'idée me vient tout naturellement. Je n'aurais qu'à faire pareil, je vais l'aider à survivre et à gagner. Je la protegerai autant qu'il me sera possible. Pour la premiere fois dans ma vie, j'ai un but.

De toute façon, je vais mourir, cette fois ci, la question ne se pose pas. Un seul sur 24 revient vivant de ses jeux. Et comme la dit ma mere, je ne suis pas un survivant, Et surtout,, y a rien qui m'attend dans la vie que je mene. La seule personne qui me donne envie de vivre c'est Katniss. L'idée de sa mort m'est insupportable.

Ma décision est donc prise, je ne partirai pas sans combattre. Je la protegerai jusqu'à mon dernier souffle, afin d' être sur qu'elle puisse revenir saine et sauve vers Prim.

Cette décision me fait retrouver tout mon calme et ma sérénité. Ma vie prend soudain un sens . Je sais qui je suis, j'espère avoir la force de ne pas me perdre dans ses jeux. Je sais que j'ai un avantage considérable par rapport aux autres, je n'ai pas peur de la mort. Je l'ai déjà cotoyée. Je la connais. Ce n'est pas elle l'obstacle à mes plans.

Non, c'est Haymitch, ce mentor alcoolique qui envoit tous ses tributs à la mort.


A SUIVRE...
Revenir en haut Aller en bas
Mélissandre
Tribut
avatar

Féminin
Messages : 176
Date d'inscription : 27/02/2012
Age : 30
Localisation : District 12

MessageSujet: Re: [Fiction] Son nom: Peeta Mellark   Ven 27 Avr - 22:41

CHAPITRE 1

Une horrible sonnerie de reveil, réglée à fond me réveille brutalement. Je ne fais jamais sonner ce satané reveil. Je le prends et le balance contre le mur mais il ne s'arrête pas pour autant. Je grogne et peste, parce qu'il va falloir que je me lève. C'est là que je remarque que je ne suis pas chez moi mais dans le train. J'essaye de rassembler mes esprits mais j'ai tout d'abord une priorité, massacrer ce reveil. Je soupire en voyant cette abominable chose. C'est le modèle incassable. Cadeau de cette peste d'Effie. Elle est vraiment chiante celle là. Je suis sûr que c'est elle qui l'a réglé à fond rien que pour me gacher la vie.

. Ah ca y est, je me souviens, C'est le jour de la moisson. J'éteins l'objet qui est en train de me tuer l'ouie et je me rappelle. Ah oui… La fille qui s'est portée volontaire pour sa sœur. Je me souviens, brave et courageuse petite. Et puis… Je suis allé sur la scène et…. Qu'est ce que j'ai fait ? Je me souviens plus, trou noir total. J'ai encore du faire une connerie.

De toute façon, je m'en fous totalement. Ce n'est pas tout ça mais j'ai une petite et grande soif. Heureusement, y a le mini bar. Un peu de douceur dans ce monde de brute. J'ouvre la porte du temple sacré des alcools. J'en salive d'avance. Soudain, le choc : Le mini bar est vide. A la place, il y a un disc video et une note.

Je sais ce que c'est, je me doute mais je prends quand même. C'est un mot d'Effie.

« Regarde la video »

Raaaah, Je vais la buter. Chaque année, elle m'emmerde celle là. Je suppose que je ferais mieux de regarder ce que c'est. Probablement la suite de la moisson. Je soupire. Je devrais aller au bar me prendre quelques rafraishissements avant. Au final, je glisse la video dans le lecteur. Que j'en finisse avec ça.

Je ne peux m'empêcher d'admirer l'acte de cette fille quand elle se porte volontaire pour sa sœur. Ensuite … Oh la la, j'avais une bonne cuite. Ouais c'est bien à vous, gens du Capitol à qui je m'adressais.

Et puis, misère, je me tombe vraiment comme une merde. Me voir dans cet état, ça me fait penser que je devrais peut etre arrêter de boire. Je me pouffe à l'idée. Et puis quoi encore.

Effie tire au sort, le tribut masculin. Ma curiosité prend le dessus. Alors voyons à quoi ressemble le malheureux « Chanceux ». Tiens, pour une fois ce n'est pas un gars de la mine, mais de la ville. Un fils de commerçant, il est plutôt bien portant. Au moins celui la, il ne meurt pas de faim.

Il a l'air idiot avec sa bouche ouverte. Je comprends qu'il soit choqué mais bon, il devrait suivre l'exemple de sa camarade. Elle a un air plus digne. J'appuie sur avance rapide parce que serieux, je ne vais pas me taper le speech du maire. La montée en voiture des deux stars du district 12, ça, cela m'interesse. Mon regard se porte sur la fille en premier.

Cette fille a du cran et de la classe, elle joue la fille blasée. Bon début et l'autre… Je n'y crois pas. Il nous pleure toutes les larmes de son corps. J'ai envie de m'arracher les cheveux. Il est au courant que c'est filmé ? Soudain je pense à Johanna. Son numéro de la petite fille faible qu'elle nous a joué et qui a exterminé tous les derniers tributs façon boucherie à la hache. Je secoue la tête, mais Johanna avec le physique d'une petite chose fragile, à l'époque… Lui, il y a rien de fragile dans son gabari. Si c'est une technique, va falloir que je lui dise, d'abandonner parce que c'est pathétique.

Mais pourquoi il ne prend pas exemple sur sa voisine. Mais il ne va pas pleurer tout le trajet quand meme ? Il se rend pas compte ou quoi ? Ca m'ennerve, j'arrete la video.

Direction le bar, va falloir que je récupère après avoir vu ça. J'ouvre la porte de ma cabine et y a blondi la chialeuse qui se trouve juste devant moi. C'est quoi son prénom déjà…. J'ai pas fait attention. Il me fixe.

« J'ai entendu votre réveil sonné, je suis Peeta »

Peeta, voila c'est ça. Soudain il me sourit comme si j'étais son meilleur ami et me tend la main pour me saluer. Je le regarde, perplexe.

« Tu m'excuses, j'ai soif » Je me tire vite fait de là. Après quelques minutes, je reviens du bar avec une bonne bouteille en main . Je pense déjà à la vider d'une traite. J'aurais du en prendre deux. J'arrive prés de ma cabine et j'equarquille les yeux.

Blondie, enfin, Peeta est toujours là. Il me redécoche son sourire éclatant. C'est quoi son probléme à celui là. Pourquoi il est pas dans sa cabine à se morfondre ? L'état de choc, tout ça…

« J'aimerai qu'on commence le plus vite possible, il ne faut pas perdre de temps » dit t'il.

« Quoi ? »

« Vous êtes notre mentor » commence t'il mais je l'interromps.

Il s'est vraiment tres vite remis de ses émotions . Donc il faisait bien un remake de Johanna.

« Tu sais quoi… Pee… » je cherche son prénom

« Peeta » me rappelle t'il.

« Oui, tu sais quoi, abandonne la technique de Johanna Mason, ça te va pas du tout »

Il me regarde comme si il ne comprends pas ce que je veux dire. Je regarde en l'air « Tu sais quoi, là j'ai besoin d'une bonne sieste »

« Hum… D'accord , mais.. » je n'écoute pas la suite, je lui referme la porte au nez.

Je prend une gorgée de ma liqueur préférée. De ma vie, jamais un tribut n'a été aussi pressé de s'y mettre… Et je repense à la fille , Katniss. Je n'ai jamais vu quelqu'un se porter volontaire pour un autre dans le district 12 non plus d'ailleurs.

Y a un début à tout.

J'ouvre les yeux, cette fois c'est l'eau chaude qui me réveille. Je suis dans la salle de bain, nu comme un vers. J'essaye de me souvenir. Je me suis enfilé toute la bouteille de liqueur, j'ai mangé et puis…Je me souviens plus. Je crois que j'avais atteint le salon. J'ai un mal de crane. Je crois que la liqueur n'était pas d'aussi bonne qualité qu'elle n'aurait du être. Je laisse l'eau couler sur mon corps. Ca me fait du bien.

J'ai encore une sacrée gueule de bois. J'ai du mal à me lever.

« Attendez , je vais vous aider » me dit une voix, je tourne la tête et je vois Peeta , serviette à la main. C'est un cauchemard ce garçon, il est partout.

« Qu'est ce que tu fiches ici ? » je grogne.

« Vous avez vomi au salon et vous avez perdu connaissance , avec Katniss on vous à ramener ici »

« Quoi ? La fille est avec toi » Je m'exclame horrifié. Parce que tout de même je suis nu.

« Non, Katniss est partie depuis longtemps » Il commence à me frotter avec la serviette pour m'essuyer. Je lui arrache des mains.

« C'est bon, je ne suis pas handicapé, je peux le faire moi-même » Il hausse les épaules. Soudain me vient une idée. Je m'approche de son visage « A moins que je te plaise… » j'utilise un ton de séducteur.

Il fait litteralement, un bon de trois mètres en arrière. « Je … Non, je ne suis pas… gay … Je voulais juste vous aidez. Vraiment rien d'autre »

C'est trop drole de voir sa tête horrifiée. Je me met à rire.

« Relax, c'était une blague »

Son expression trahit la colère qu'il ressent.

« Vous feriez mieux de vous mettre au lit , de vous reposer qu'on puisse commencer les choses sérieuses demain. » déclare t'il d'un ton autoritaire.

Ce gamin à du cran de ME faire la leçon , mais pour qui se prend t'il ? Je suis a deux doigts de lui en mettre une mais je me retiens. Il fera moins le fier dans l'arène.

« Bonne nuit » me dit t'il puis il claque la porte en partant.

Celui la, je l'aime pas du tout. J'ai pas encore parlé à la fille , mais je la préfère déjà à lui.


A SUIVRE...
Revenir en haut Aller en bas
Sifflement
A l'entraînement
avatar

Féminin
Messages : 249
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Son nom: Peeta Mellark   Lun 30 Avr - 21:32

C'est sympa, j'aime bien ! Cette fille a-t-elle un site Internet ? Ou peut-on voir la suite ? En tout cas, merci du partage !
Revenir en haut Aller en bas
Primiss
Chef des Pacificateurs
avatar

Féminin
Messages : 7642
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 22
Localisation : Storybrooke

MessageSujet: Re: [Fiction] Son nom: Peeta Mellark   Mar 1 Mai - 22:22

J'ai adoré le prologue et ce premier chapitre !! Very Happy Le point de vue d'Haymitch est très ressemblant Wink !

_________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Make ten men feel like a hundred

Cara:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://strawberry-split.tumblr.com
Sifflement
A l'entraînement
avatar

Féminin
Messages : 249
Date d'inscription : 30/04/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Son nom: Peeta Mellark   Mar 1 Mai - 22:25

Allez, la suite cheers
Revenir en haut Aller en bas
irina grunthird
Fait exploser les provisions
avatar

Féminin
Messages : 450
Date d'inscription : 16/08/2012
Age : 21

MessageSujet: Re: [Fiction] Son nom: Peeta Mellark   Mer 22 Aoû - 16:01

la sssssuuuuuiiiiiiiiiiittttttttttte s'il te plait duh:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fiction] Son nom: Peeta Mellark   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fiction] Son nom: Peeta Mellark
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiction] Son nom: Peeta Mellark
» Peeta Mellark
» La douleur de Peeta Mellark
» Haymitch Abernathy
» Le retour des jeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hunger Games :: • Hunger Game's TV : Le coin médias • :: Fanfictions-
Sauter vers: